Ministére
Organisation de la justice
Textes et lois
Coopération
Publication
Avis d’Achats

TERRE DES HOMMES (ITALIE)


Coopération de la Fondation Terre des Hommes (Italie) avec le ministére de la justice en RIM
Historique

La coopération entre le ministère de la Justice de la République Islamique de Mauritanie et la Fondation Terre des hommes – Italie est récente. Elle est régie par une Convention de Partenariat signé en mars 2008 laquelle identifie les enfants en conflit avec la loi comme bénéficiaires directes et la réalisation d’un centre d’accueil et de réinsertion sociale comme instrument principal d’action.

Programme en cours

Son objet
Le projet en cours, cofinancé par la Coopération italienne, a pour objet la construction du Centre de réinsertion des mineurs en conflit avec la Loi et l’appui à son démarrage. Il a démarré en janvier 2009 pour une durée de trois ans.

Son financement
Le coût total de l’investissement du Projet est de 1.148. 147 Euro. 
La contribution de l’Etat est la suivante :

construction d’un mur externe de clôture, et d’un mur interne pour la protection des filles
frais de fonctionnement du centre (eau, électricité, téléphone et Internet)
Ses actions
Le centre a été construit dans le quartier d’El Mina à Nouakchott. Il est constitué d’ateliers professionnels, de lieux de vie et de bureaux.

Un assistant technique financé par Terre des hommes – Italie appui le directeur du Centre.

Une première étape a consisté dans la formation du personnel en grande partie constitué par des agents de l’Etat, mais aussi par des formateurs identifiés dans la société civile. Le personnel de l’administration comprend :

le responsable général avec fonctions de Directeur
une surveillante générale
une Coordinatrice didactique
une assistante socio-sanitaire
deux alphabétiseurs pour les langues arabe et français
dix sept surveillants et surveillantes civils
un chauffeur
une cuisinière
une aide-cuisinière
quatre éléments de la Garde Nationale
Le personnel de la société civile est composé de :

un formateur couturier
deux formateurs informaticiens
un formateur menuisier et soudeur
un formateur mécanicien
un médecin psychiatre
un médecin pédiatre
un animateur artistique
un animateur sportif
une formatrice cuisinière
L’emploi du temps du Centre prévoit, le matin, des cours d’alphabétisation, informatique et éducation civique, l’après-midi, des cours de couture, mécanique, menuiserie, soudure et en fin de semaine des animations artistiques, des cours de cuisine et du sport.

Chaque mois les formateurs et les autres cadres du Centre analysent les notes et les appréciations sur le comportement de chaque enfant et les problématiques pédagogiques à affronter pour identifier et mettre en œuvre des projets individuels de réinsertion sociale que l’enfant devra réaliser après sa sortie du Centre.

Une base informatisée des données, qui reporte les informations pénales, sociales, de santé et relatives à l’évolution de l’enfant dans le Centre et à sa sortie, est opérationnelle au Centre et gérée par ses cadres.

En parallèle des formations professionnelles, des cours d’éducation civique, artistique et sportive, du travail d’appui psychologique et sanitaire, l’enfant est impliqué directement dans la conception et mise en place des projets individuels, personnalisés, de réinsertion sociale. Il est accompagné et suivi dans son parcours de retour à la vie civile, avec l’appui des familles et des autorités locales (juges, police, assistants sociaux).

Afin d’encourager les juges et les procureurs des enfants à placer davantage des enfants au Centre, le Projet effectue des rencontres, des visites, des réunions et des séminaires (le premier a été réalisé le 14 juillet 2010).

Des actions sont programmées au niveau de la société civile afin d’encourager l’augmentation des mesures éducatives. Par exemple, la création de comités permanents des parents et des amis des mineurs est envisagée de façon à collaborer avec le Centre et les magistrats des enfants dans la phase de mise en place des projets individuels de réinsertion sociale.

Ses résultats
Le centre est opérationnel grâce à l’arrêté ministériel n° 0692 du 19 mars 2010.

Sa superficie bâtie est de plus de 1.300 m2 sur un terrain de 3, 5 hectares. Il est équipé de :

ateliers de couture, informatique, mécanique, menuiserie, soudure
une salle polyvalente de formation
une bibliothèque
un bloc administratif
une cantine
deux dortoirs pour garçons et un dortoir pour filles
une infirmerie
des services de garde, toilettes et douches.
Le centre compte aussi sur un petit terrain de football et un terrain de volley-ball.

Il peut recevoir en internat jusqu’a 40 garçons et 20 filles, âgé de 13 à 18 ans à condition qu’ils soient en conflit avec la loi et envoyés par ordre de placement d’un magistrat des enfants (procureur ou juge d’instruction).

Au mois de septembre 2010, 16 mineurs, dont 11 garçons et 5 filles, ont été placés au Centre de El Mina. Cela représente 10,6% des cas traités par le Procureur des enfants de Nouakchott au mois de septembre 2010.



Evénements
Réhabilitation du Tribunal de Commerce
Résultats du dépouillement des marchés
Avis d’ouverture des plis
annonce de prolongation du delai d’ouverture des plis
Avis d’Appel à candidature
Réhabilitation du siège du Ministère
Accès à la justice
Pour les citoyens
Pour les professionnels
Toile de la justice
Agence Mauritanienne d’information
Cour Suprême
Le Tribunal de Commerce
Vidéothèques
Suivez-nous
Photothèques